Interrogations face au suicide

«Pourquoi il s’est suicidé, il avait tout pour être heureux; une belle carrière, une famille, des projets? Pourquoi il n’a pas demandé de l’aide, il connaissait les ressources ou il savait qu’on pouvait l’aider, etc.?»

C’est le genre de questions que se posent bien des personnes à la suite d’un suicide. Une personne a déjà répondu à cette question par une autre question : Pourquoi il serait allé chercher de l’aide si pour lui la vie n’a plus de sens. Une personne qui envisage le suicide, de par ce qu’elle vit et la perception qu’elle en a, pourrait vivre un sentiment d’impasse et penser que la vie ne vaut pas la peine. Il est donc important d’être proactif en vue qu’elle obtienne l’aide appropriée.

Pourquoi les hommes se suicident plus que les femmes?

Les statistiques démontrent clairement que les hommes sont de trois à quatre fois plus susceptibles de décéder par suicide que les femmes au Canada. Ce constat pourrait notamment s’expliquer par les hypothèses ou les facteurs qui suivent :

  • L’utilisation, par les hommes, de moyens plus radicaux pour se suicider;
  • Les hommes perçoivent le suicide comme étant plus acceptable;
  • Une réticence générale plus marquée chez les hommes à demander de l’aide;
  • Les hommes sont moins enclins que les femmes à exprimer leurs émotions en lien avec la vulnérabilité (la tristesse, l’amour, la peur);
  • Plusieurs hommes attendent que leur état soit grave avant d’aller consulter.
L’IMPORTANCE D’AGIR
Une référence personnalisée soutenue par un proche ou une personne partageant le même milieu de vie peut faciliter la demande d’aide. Près de la moitié des démarches d’aide pour un homme viennent de son entourage.

Le suicide est-il un geste de courage ou de lâcheté?

Le suicide n’est ni un geste de courage ni un geste de lâcheté, il s’agit d’un geste de découragement. La vie, telle que la personne la perçoit, est devenue inacceptable. Son niveau de tolérance est réduit et sa situation devient insupportable. Elle vit un sentiment d’impasse au point qu’elle n’a plus espoir que sa situation peut changer.

Le suicide devient-il un choix que l’on peut accepter?

Il importe de voir la personne qui envisage le suicide comme ayant les facultés affaiblies et comparable à une personne dont les facultés sont affaiblies par l’alcool. On ne laisserait pas une personne en état d’ébriété conduire sa voiture. La personne en grande détresse peut être incapable de faire des choix et a besoin qu’on la prenne en charge. Peut-on penser à l’effet de la souffrance combinée à l’intoxication sur son jugement! Tout individu en danger a droit au secours!

Parler du suicide encourage-t-il le passage à l’acte?

Le suicide est un sujet dérangeant dont on parle difficilement. Certains n’osent pas aborder cette question de peur de donner l’idée du suicide alors que ça permet d’ouvrir le dialogue sur la souffrance.  La vie de notre semblable, lorsqu’elle est en danger, c’est aussi notre affaire.

L’amélioration à la suite d’une crise signifie-t-il que le danger est passé?

Il se peut qu’une personne en crise suicidaire semble momentanément soulagée et paraisse de meilleure humeur, mais cela ne signifie pas que le danger est écarté. La personne peut montrer des signes de mieux-être pour rassurer son entourage et paraître sereine parce qu’elle a décidé de passer à l’acte. Il faut être vigilant et tenter de vérifier le changement réel de sa situation qui expliquerait ce mieux-être.

Peut-on aider une personne suicidaire sans être un professionnel dans le domaine du suicide?

Chaque personne peut aider un proche confronté à la souffrance, avec les moyens dont elle dispose et en respectant ses limites. Il importe de se rappeler qu’un grand nombre de demandes pour une personne suicidaire proviennent des proches et conduisent à ce que des personnes à risque suicidaire reçoivent l’aide appropriée. Accompagner un proche vers une ressource est un moyen qui peut éviter un geste irrémédiable. Il faut absolument se faire aider. La ligne 1 866 APPELLE offre du soutien aux proches et aux personnes inquiètes pour leur entourage.

Il importe, lorsqu’on est en présence d’une personne suicidaire, d’obtenir un avis sur le niveau de danger que présente la personne de passer à l’acte suicidaire. Pour ce faire appelez au Centre de prévention du suicide au 1 866 277-3553 (1 866 APPELLE).

© 2018 Centre de prévention du suicide Côte-Nord.